Comment réduire le stress

Ce que l’on appelle stress résulte en fait de notre capacité à nous adapter à un danger. Ainsi chaque fois que notre corps se trouve dans une telle situation, il se produit des modifications hormonales et nerveuses.

Le cerveau stimule l’hypothalamus, ce centre de nos émotions, qui va ensuite commander aux glandes surrénales de libérer des hormones dans tout le corps, cortisol, adrénaline et noradrénaline.

Celles-ci entraînent une réaction en chaîne : augmentation de la fréquence cardiaque, la respiration se fait plus saccadée, les muscles sont moins irrigués par le sang, et les organes (cœur et poumons) sont sous tension. Si ces phénomènes sont utiles en cas de danger, ils peuvent épuiser le corps et l’esprit lorsqu’ils deviennent chroniques, car l’immunité baisse. Alors apparaissent les troubles du sommeil, les manques de concentration et de motivation. En ce qui concerne le stress, il vaut mieux prévenir que guérir.

Mieux dormir

Le sommeil est un gros problème dans notre pays, 30 % des français ont pris ou prendront des somnifères au cours de leur vie. En effet tout ce qui est perçu par le corps comme du stress perturbe le système nerveux autonome et donc joue sur le sommeil si la situation perdure.

Le système nerveux autonome est composé :

  1. Du système orthosympathique qui agit sur la mobilisation pour la fuite ou le combat en augmentant le rythme cardiaque et la tension.
  2. Le système parasympathique qui actionne les fonctions d’entretien interne en abaissant la tension artérielle et les rythme cardiaque et respiratoire et en stimulant l’activité gastro-intestinale. Ainsi un déséquilibre ou une inflammation de la flore intestinale peut perturber l’assimilation du tryptophane dans l’intestin et bloquer la synthèse de la sérotonine, un neurotransmetteur qui agit sur la régulation de l’humeur et de l’émotivité. C’est grâce à la sérotonine, que la glande pinéale secrète la fameuse hormone du sommeil, la mélatonine. Mais la mélatonine ne fait pas tout. Lorsque la luminosité baisse entre 22 h 00 et 6 h 00 du matin, la glande pinéale secrète simultanément trois hormones : la mélatonine, le 6-méthoxy-harmaln (6MH) qui maintient l’organisme en mode « éveil » et la valentonine qui agit sur sa mise au repos. Lorsque la sécrétion de ces 3 hormones est déséquilibrée, les problèmes de sommeil peuvent apparaître.

Les trois types de troubles de sommeil identifiés ont souvent un lien avec un état de stress.

  • Les difficultés d’endormissement (on doit pouvoir s’endormir au bout de 20 minutes),
  • Les réveils nocturnes entre 3 et 4 heures du matin sont souvent une cause physiologique. Par exemple, chez Les femmes ménopausées la baisse du taux d’œstrogènes entraine une augmentation des taux de cortisol et de mélatonine qui doivent normalement suivre une courbe inverse. Mais ces réveils peuvent aussi provenir d’anxiété et de ruminations.
  • Les réveils précoces vers 4 heures du matin, peuvent provenir d’un état dépressif.

Il faut être vigilant sur les problèmes de sommeil, car une dette de sommeil induira un haut niveau de cortisol pour tenir dans la journée, ce qui empêchera de se relaxer le soir, etc…

Les bonnes conditions de sommeil.

Une chambre qui ne laisse pas passer la lumière, ni le bruit, peu chauffée et exempte d’appareil électroniques. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, prendre une douche ou un bain chaud le soir n’est pas recommandé, il faut éviter les activités échauffantes, car le métabolisme a besoin d’être ralenti et d’entrer dans une période froide. On peut prendre des plantes qui entraînent un apaisement rapide : la valériane, qui peut être associée à l’aubépine en cas de stress ponctuel, qui réduira l’accélération du rythme cardiaque, ou avec la mélisse en cas de difficulté digestive, ou encore la passiflore en état d’anxiété permanent. Si l’état est plutôt dépressif, prendre du millepertuis qui agit sur la production de la sérotonine et dopamine, (mais à ne surtout pas prendre avec d’autres médicaments).

Pour apaiser le mental et cesser de ruminer ses soucis en pleine nuit ; il st possible de préparer le mélange suivant : dans un flacon de 15 ml avec de l’huile de macadamia : 
15 gouttes d’HE d’encens + 30 gouttes d’HE d’ylang-ylang + 90 gouttes d’HE de petit grain bigarade. Masser les poignets avec ce mélange en allant se coucher et dans la journée dès que le besoin s’en fait sentir.

Booster son immunité

Le stress chronique est une maladie de l’adaptation qui a des conséquences sur l’organisme tout entier. Des chercheurs ont montré que le cerveau est relié au système immunitaire via de petits vaisseaux lymphatiques. De ce fait, lorsqu’un stress devient continue, il provoque une libération continue de cortisol, l’hormone du stress. Lorsque cette hormone est produite de façon continue, elle inhibe la production de cytokines et de polypeptides, médiateur de l’immunité et de l’inflammation. Un stress mental diminue donc le potentiel énergétique de l’organisme et ouvre la porte aux infections.

Certaines plantes peuvent nous aider à augmenter notre production de lymphocytes (globules blancs au rôle important au sein du système immunitaire). Le ginseng et l’euthérocoque augmentent notre résistance physique et agissent sur notre immunité de base. La rhodiole booste la production de dopamine et de sérotonine, favorise l’adaptation psychique et a une action antidépressive. Elle donne au quotidien un sentiment de bien-être et de forme générale.

Bouger et respirer

Pratiquer une activité physique régulière est une bonne façon de diminuer le stress, non seulement parce que cela permet de sécréter des endorphines, mais aussi parce que bien respirer aide à libérer les tensions et se vider la tête.

Cela permet d’équilibrer les systèmes nerveux orthosympathiques et parasympathiques. Il ne s’agit pas de s’épuiser dans un sport demandant trop d’efforts, mais de faire régulièrement une activité physique (nage, vélo, marche), et de ne pas abandonner en cours de route. Et cette activité va entraîner un afflux de tryptophane, neuromédiateur important dans la synthèse de la sérotonine.

La marche active la circulation sanguine, facilite le retour veineux, la circulation de la lymphe, tonifie les muscles des jambes, permet une plus grande amplitude pulmonaire, et améliore l’oxygénation du sang. En période stressante ou en ayant un tempérament nerveux, une activité intense augmentera la sécrétion d’endorphines. Si vous êtes à fleur de peau ou angoissé, privilégier les pratiques relaxantes, telles que le yoga, le tai-chi, le stretching. Bien respirer permet de relâcher les tensions dans le diaphragme et le plexus solaire. La respiration est la seule fonction du système nerveux autonome sur laquelle il est possible d’agir consciemment. Lorsqu’on arrive à la contrôler, elle active le système nerveux parasympathique et devient vivifiante le matin, et apaisante le soir.

Prendre soin de sa peau

Le stress peut influencer la qualité de notre épiderme. Et pour cause, la peau et le système nerveux proviennent du même système embryonnaire, l’ectoderme. Alors pour éviter les problèmes de peau mieux vaut enclencher un cercle vertueux en commençant par chasser stress et soucis. La peau fait partie des principaux émonctoires du corps humains, chargé d’éliminer les toxines. Le stress contribue à les encrasser, c’est la raison pour laquelle des cures détox sont utiles régulièrement. On peut penser à la cure de raisin en septembre. Cette monodiète de raisin (ce qui signifie que la seule nourriture de la journée est le raisin, à manger très lentement pour annuler la notion de faim). Vous pouvez faire cette cure pendant 1 à 3 jours en fonction de ce que vous pouvez supporter. Par ailleurs, vous pouvez faire les cures de nettoyage en début de printemps et d’automne avec la sève de bouleau, ou l’aubier de tilleul pour ceux qui sont allergiques au bouleau. Il est encore possible de boire des tisanes avec un mélange d’ortie, romarin, feuilles de bouleau à boire à la fin de repas pendant 5 jours.

L’hydratation est également essentielle pour la peau puisque celle-ci comme l’ensemble de notre corps est constituée en grande partie d’eau. Or le stress la déshydrate. Il faut donc régulièrement boire tout au long de la journée (environ 1,5 litre par jour). Pour les rituels de beauté, adopter des gestes doux afin de mieux vous détendre et vous relaxer. Vous pouvez également vous masser les jambes, ce qui permet de soulager des tensions physiques. Souvent l’huile d’argan ou l’huile de jojoba sont préconisées.

Vous pouvez également utiliser l’huile d’onagre ou de bourrache mais également l’huile de chanvre, dont la composition chimique est proche de notre épiderme et sa forte teneur en acide gammalinolénique en fait une huile hydratante, raffermissante, et régénératrice. Elle nourrit la peau sans la graisser.

Regarder

Comme cela a été mentionné dans l’article «la magie des petites choses», n’oubliez pas de disperser dans votre habitat des photos ou objets qui vous renvoient à des moments de bonheur, de tranquillité ou tout simplement dont la beauté vous décentre de vos soucis et vous causent ainsi une pause salutaire dans votre esprit chahuté.

Article inspiré de la revue « plantes et santé »

Envoyer le lien vers cet article à un(e) ami(e)

Vous aimerez aussi...