Garder la forme tout l’hiver

Certains animaux hibernent, mais nous non. Nous continuons à bouger. Il est donc important de faire de l’exercice en extérieur pour se confronter au froid, cela nous rend encore plus résistant. C’est la mesure d’hygiène numéro UN pour le système immunitaire. Cela permet d’éliminer les toxines, de faciliter la digestion et améliore l’attitude mentale.

Nos défenses immunitaires se situent dans les intestins. Il est donc nécessaire de manger beaucoup de légumes, et des fruits qui apportent des oligo-éléments, des minéraux, des vitamines, et des enzymes. Il ne s’agit donc pas de manger plus riche en hiver, mais de manger équilibré. Pour lutter contre la frilosité, il est nécessaire d’absorber par jour 2 à 3 cuillères à soupe d’huile insaturée (huile Olive, colza, nix, sésame, …). Ces lipides sont très bien digérés par l’organisme et ne feront pas grossir. L’ail est également un très bon protecteur. Les légumes racine apportent l’énergie terrestre : carottes, betterave, panais, salsifis, céleri-rave, rutabaga, navets, topinambours, bardane, ils regorgent de vitamines et oligoéléments pour permettre de résister au froid.

 

Lorsqu’il fait très froid, nous avons tendance à respirer par la bouche. Y faire attention, car c’est une erreur. Le nez comprend trois circuits qui font que, lorsque nous respirons, l’air circule dans ces voies nasales et se réchauffe avant de passer dans la gorge et les poumons.

 

Mais il est également important de bien dormir, cela signifie se coucher avant minuit et faire en sorte d’avoir des nuits d’environ 7 heures. Penser à réduire la consommation de café (même si le café ne vous empêche pas de dormir, il nuit certainement à la qualité réparatrice de votre sommeil). L’idéal est de ne plus boire de café après le repas de midi. Une idée de tisane : Cône de houblon, racine de valériane, fleur de passiflore, lavande. 10 grammes de chaque plante dans l’équivalent de deux tasses d’eau chaude, laisser infuser quelques minutes et boire au moins une heure avant le coucher.

 

Par ailleurs, un mauvais fonctionnement du foie ou un système circulatoire défaillant ralentit le processus de thermogenèse du corps. Ce sont le sang et la lymphe qui distribuent la chaleur dans les différentes parties du corps, à commencer par la sphère ORL. Les plantes utilisées en été pour faciliter le retour veineux (vigne rouge, hamamélis, et petit houx) ne sont pas celles que l’on utilise en hiver pour renforcer l’activité hépatique et la circulation artérielle. Donc en hiver on prendra du chardon marie (en tisane : 1 à 2 cuillère à café pour une tasse) ou existe dans la marque « Vogel » en teinture mère (prendre 10 à 15 gouttes 2 à 3 fois par jour). Il y a la réglisse si vous n’avez pas de problèmes de tension. Et tout simplement le romarin qui est un très bon fortifiant général.

Certaines plantes sont intéressantes pour restimuler son système immunitaire : ginseng (pour ceux que cela n’empêche pas de dormir), l’éleuthérocoque (que l’on trouve souvent en gélules) et l’échinacée. L’échinacée se trouve en gélules, en tisane (il y a plusieurs marques, et sans faire de la publicité « Yogi tea » fait une tisane à base d’échinacée très plaisante). L’échinacée est un puissant dépuratif de l’organisme et un excellent antiseptique. C’est une valeur sure pour stimuler les circulations sanguines et lymphatiques, accroitre l’efficacité et la diffusion des globules blancs et donc réduire les symptômes en cas de grippe ou d’infection des voies respiratoires.

En préventif du froid, vous pouvez vous faire des cures d’astragale (une cuillère à café de racine pour un bol d‘infusion) prendre chaque matin et midi pendant une dizaine de jours et à renouveler quatre fois dans l’hiver. Les personnes particulièrement sensibles au froid auront intérêt à alterner les cures avec de l’éleuthérocoque.

Pour renforcer également le système immunitaire, vous pouvez aussi mélanger quelques gouttes d’huile essentielle de citron avec de l’huile d’amande douce ou autre huile végétale et vous vous massez le plexus solaire.

Le thym est un antiseptique facile à trouver. Vous le faites en infusion et vous en buvez toute la journée mais il faut arrêter en milieu d’après-midi, car c’est un léger excitant.

L’extrait de pépins de pamplemousse aide à également à renforcer le système immunitaire.

La propolis, produit de la ruche, renforce le système immunitaire et revitalise votre organisme. En cas de fatigue, vous pouvez prendre 3 à 4 gouttes directement sur la langue deux fois par jour, mais pas tard dans l’après-midi pour bien dormir. Et lorsque vous êtes malade, vous pouvez augmenter le nombre de gouttes.

L’extrait de bourgeons de cassis stimule les glandes surrénales, les reins, le pancréas, et le foie. Il est également efficace sur le plan respiratoire, en cas d’asthme, bronchites et rhinite. Tonique, il est recommandé aux personnes fatiguées. On commence à trouver des bourgeons dans les boutiques bio, et peut-être dans les pharmacies.

L’extrait de bourgeons d’églantier, dont le fruit est le cynorrhodon, est connu pour sa richesse en vitamine C ; il renforce les richesses naturelles de l’organisme et convient très bien aux enfants. Plus facile à trouver, l’acérola, ou encore le citron que vous buvez chaud le matin. Vous pouvez également prendre de l’huile essentielle de citron (deux ou trois gouttes directement sur la langue), pour renforcer vos défenses immunitaires.

Les premiers symptômes se manifestent souvent au niveau du nez et de la gorge. Vous faites infuser quelques feuilles de sauge officinale et lorsque c’est refroidi, vous vous gargarisez trois à cinq fois par jour. Pour le nez vous vous lavez le nez avec moitié d’infusion de sauge officinale et moitié de jus d’aloé vera pour les vertus antiseptiques, anti-inflammatoires, et cicatrisantes. Si votre nez n’est pas trop irrité, vous pouvez le laver avec de l’eau de mer.

Si vous n’avez rien de tout cela, vous pouvez commencer par boire une infusion d‘herbes de Provence dont vous vous servez pour votre cuisine.

 

Les tisanes anti-refroidissement

Il est bien d’avoir toujours chez soi du thym, de la cannelle et des fleurs de sureau. Mettre une cuillère à café de chaque fleur dans un demi-litre d’eau et faire infuser 10 minutes. Boire un litre de cette préparation dès qu’un rhume fait son apparition. Ce mélange entraîne un effet sudorifique et diurétique en cas de fièvre suite à un refroidissement. Les infusions de reine des prés permettent au nez de ne plus couler et d’évacuer les toxines dans l’urine. En cas de signes bronchiques, faire des infusions de racine d’aunée.

 

Les huiles essentielles

  • Pour tout ce qui est infection (rhume, angine, Rhino-pharyngite)

Huile essentielle de tea tree et l’huile essentielle de Ravintsara. Il est bien de les prendre ensemble car elles travaillent en synergie : 2 à 3 gouttes de chaque dans une cuillerée d’huile d’olive ou avec du miel deux à trois fois par jour, pendant plusieurs jours. Ce n’est pas bon du tout, mais efficace. Continuez encore deux ou trois jours, même lorsque vous sentez que cela va mieux.

Si vous souhaitez les utiliser en massage : sur les avant-bras, sur la plante des pieds, ou directement sur le thorax en cas de difficultés respiratoires, le ravintsara doit être dilué à 5% dans une huile végétale et le tea tree doit être dilué à 50%.

L’huile de citron directement sur la langue à raison de 2 à 3 gouttes deux à trois par jour.

  • Pour les bronchites

Huile essentielle de Niaouli en synergie avec l’huile essentielle d’épinette noire. 2 à 3 gouttes de chaque dans une cuillerée d’huile d’olive ou dans du miel.

En friction le niaouli peut être appliqué pur sur les avant-bras ou la plante des pieds. En massage, il faut diluer à 20% dans une huile végétale.

L’épinette noire peut être utilisée en massage (4 gouttes d’huile essentielle pour 4 gouttes d’huile végétale) que vous appliquez sur le dos au niveau des reins. En cas de fatigue chronique vous pouvez le faire 2 fois par jour pendant 3 semaines.

L’homéopathie et assimilé

Oscillo coccinum : à prendre dès les premiers symptômes.

Or-cuivre-argent (en marque Oligosol ou Catalyons), que vous pouvez prendre en préventif dès le début de l’hiver, et pendant que vous êtes malade.

L’argent Colloïdal (concentration 15 à 20 ppm) qui est un anti-infectieux : prendre un bouchon le matin quand vous vous levez et le soir avant de vous coucher.

Le sérum de Yersin que vous pouvez prendre en préventif dès le début de l’hiver à raison d’une dose chaque semaine et à continuer en étant malade.

 

De nombreux remèdes viennent d’être nommés. Si vous vous sentez facilement malade, n’hésitez pas à vous traiter en préventif, et lorsque les «intrus » sont là, n’hésitez pas à cumuler plusieurs traitements en même temps, par exemple : huiles essentielles +propolis + échinacée + thym + extrait de pépins de pamplemousse + argent colloïdal .

Envoyer le lien vers cet article à un(e) ami(e)

Vous aimerez aussi...