Les vacances

LES VACANCES,
le temps du vrai changement

Voici venu le temps des vacances. Une parenthèse dans nos vies agitées, pressées et stressées. L’occasion de ralentir, de nous poser et de nous reposer. Puis viendra le temps de la rentrée. La reprise de notre course effrénée. Il ne faudra pas longtemps pour connaître le même état d’épuisement que celui dans lequel nous étions avant de prendre nos congés. Je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a une forme d’absurdité.vacances_2

Pour beaucoup de gens les vacances sont une soupape de sécurité qui les empêchent d’exploser. Jamais dans son histoire l’être humain n’a été aussi souvent en congé. Pourtant à entendre les plaintes des uns et des autres, il semble que jamais il n’a eu autant besoin de se reposer. Peut-être parce jamais il n’a vécu d’une manière aussi agitée. Même lorsqu’il est en congé le simple fait de prendre connaissance du programme des activités de certains vacanciers suffit à nous épuiser.

Je ne suis pas en train de vous dire que nous devrions nous interdire de nous divertir. Remplir notre existence de multiples activités procure un véritable contentement. Malheureusement cela empêche un réel relâchement. Nous avons l’impression de nous reposer mais en réalité nous ne créons pas la profonde détente qui permet de récupérer. Nous continuons à fonctionner en activant notre système nerveux sympathique, celui qui nous met en tension.

Habitués à être stressés, nous ne percevons presque plus l’inconfort qui indique que nous sommes en train de nous épuiser. Notre cerveau finit même par nous induire en erreur, car, au lieu de générer des signaux d’alerte, lorsque nous sommes trop agités, il le fait au moment où nous commençons à nous poser. Nous éprouvons alors un désagréable sentiment de vide et une angoisse qui nous incitent à reprendre de plus belle nos activités.

La bonne nouvelle est que nouvacances_6s pouvons rééduquer notre cerveau. Lui apprendre à ne plus considérer l’agitation comme la normalité. Il suffit d’effectuer un petit « devoir de vacances » en trois étapes.

La première consiste à penser autrement ; ne plus vous identifier à vos actions, arrêter de croire que si vous cessez d’agir, vous n’existez plus.

La deuxième demande le prendre le temps de ne rien faire. vacances_5Le mieux est de s’asseoir dans un endroit calme, au minimum une vingtaine de minutes en début et en fin de journée, et d’observer avec une vigilance paisible – qualifiée de « pleine conscience » – les sensations corporelles, les émotions, et les pensées qui surgissent en vous. Progressivement vous constaterez que ces phénomènes ne font que vous traverser, sans mettre en cause celui ou celle que vous êtes au plus profond de votre essence, la partie stable de vous-même, le noyau paisible qui n’a pas besoin de s’agiter ni même de penser.

La tvacances_4roisième étape consiste à vous permettre d’inventer une vie qui permet de rester en contact avec cette part essentielle. Car elle est la source de votre pleine vitalité, la cause d’une joie spontanée et sans objet.

Vos vacances auront alors été l’opportunité d’un réel changement. Rien ne sera plus comme avant.
A vous de voir si vous le souhaitez vraiment.

Envoyer le lien vers cet article à un(e) ami(e)

Vous aimerez aussi...