La respiration abdominale : le souffle sacré

A la naissance, nous avons tous commencé à respirer par l’abdomen. A l’âge adulte nous respirons presque tous par le thorax, plutôt que par l’abdomen, ce qui provoque tensions et troubles neurologiques.

Jusqu’à l’âge de deux ans environ, c’est-à-dire jusqu’à ce que l’enfant ait pris conscience de son « moi » et du rapport au monde, le bébé remplit d’air en même temps ses poumons et son ventre, et les vide instinctivement de la même façon. Puis il grandit et se trouve confronté au monde avec son lot de peurs, stress, timidité, bref des émotions et il commence alors à accélérer son rythme respiratoire. La respiration profonde spontanée de la prime enfance disparaît au profit de la respiration « sociale » beaucoup moins profonde qui ne fait appel qu’aux poumons et aux bronches. La quantité d’air que l’adulte fait rentrer dans l’organisme diminue de moitié. Il oublie de respirer par le ventre et c’est une véritable catastrophe, pour plusieurs raisons.

La première est la régulation des deux systèmes nerveux « autonomes ».

la respiration abdominaleCes deux systèmes nerveux sont dit « autonomes », parce qu’ils ne peuvent être consciemment dirigés.

Il se trouve que notre façon de respirer peut aider l’un de ces deux systèmes à dominer l’autre à un moment donné.
Ainsi quand la respiration est superficielle et inégale, elle ne fait intervenir que la cage thoracique (comme si on respirait dans un corset trop serré à a taille), le système nerveux sympathique prend les commandes. Rapide, saccadée, haletante, (même sans effort physique) cette respiration entraîne décharge d’adrénaline, accélération du rythme cardiaque, hausse de la tension artérielle et musculaire.
Au pire, elle peut déclencher une violente attaque d’anxiété, au mieux, nous rendre plus sensibles aux agressions.
A l’inverse, une respiration lente, régulière et profonde fera jouer le diaphragme. Le système nerveux parasympathique domine et bloque les effets anxiogènes du système sympathique : ralentissement des pulsations du cœur, baisse de la tension artérielle, relaxation des muscles, entraînant un état de calme, portail de la paix intérieure. La tension du corps se relâche comme si elle n’attendait que l’ouverture de cette voie pour s’échapper.

La deuxième concerne votre ventre.

Sans l’apport d’oxygène indispensable, il dépérit. C’est la porte ouverte aux troubles neurovégétatifs (colites, spasmes douloureux, constipation), les problèmes de l’élimination-assimilation, et leur cortège de conséquences presque automatiques : fatigue, insomnies, prise de poids, problèmes sexuels, allergies, …
Il s’agit de libérer le diaphragme, ce grand muscle qui se trouve entre le thorax et l’abdomen, sous le cœur et au-dessus des organes digestifs. Il s’abaisse à l’inspiration et remonte à l’expiration environ vingt fois par minutes. Ainsi il exerce un massage naturel et permanent sur la vésicule, le foie, le pancréas, la rate, les intestins, et contribue à leur bon fonctionnement.

La troisième est la coupure entre les deux cerveaux.

Une respiration superficielle et irrégulière coupe la communication entre votre second cerveau, le ventre, et le cerveau supérieur, la tête. Si vos deux cerveaux ne fonctionnent pas en harmonie, c’est votre santé dans sa globalité qui est menacée.

 

Exercices pratiques

a) Réapprendre à respirer

Réapprendre à respirerIl suffit de penser que l’air rentre par le nez et va directement dans le ventre. Au début pour vous aider, vous placez une main sur le ventre. Lorsque vous inspirez votre ventre se gonfle, (un peu comme si vous poussiez votre main), l’air monte dans les poumons. En expirant votre ventre se dégonfle. Inspirez par le nez, expirez par la bouche. Votre esprit est concentré sur la respiration. Avec l’habitude vos inspirations et expirations prendront de l’ampleur. Au début, il est plus aisé de vous entraîner allongé, puis vous pourrez ensuite pratiquer dans la position de votre choix.

b) Pratiquer pour vous détendre, vider la tête, et récupérer de l’énergie.

Pour vous détendre, installez-vous en conscience dans votre respiration. Inspirez, expirez tranquillement. Installez-vous confortablement allongé ou assis ou encore debout.
Commencez à respirer par le ventre doucement et régulièrement.
Relâchez les mâchoires, le front. Détendez les muscles du visage, la nuque, les épaules, les bras, les mains. Inspirez et soufflez en envoyant l’air le long de vos bras. Cet oxygène inspiré devient énergie et vous envoyez cette énergie bien jusqu’au bout de vos doigts.
Doucement, calmement, vous allez continuer à inspirer et expirer ce souffle énergétique tout le long de votre corps jusqu’au bout de vos pieds.
Si vous le souhaitez vous pouvez retenir l’air 1 à 2 secondes avant d’expirer. Votre corps se vivifie, l’énergie se concentre en vous.
Cette respiration lente, douce, profonde, sans rien forcer est un jeu avec le corps et avec l’esprit. A vous de la pratiquer le plus souvent possible. Plus l’expiration est lente et longue plus la détente s’installe.

 

Les bienfaits de la respiration abdominale.

Les bienfaits de la respiration abdominaleLe diaphragme est souple et la digestion se fait facilement entraînant moins de dysfonctionnements et de « coups de pompe ».
Le stress diminue et retrouver son calme se fait plus rapidement. Plus de respiration, moins de tension.
Calme le mental, facilite la concentration.
Les émotions prennent moins de place, peurs, colères, s’évanouissent plus facilement
C’est l’une des portes d’entrée de la méditation et de tous les états transcendantaux.
Réguler sa respiration est fondamental pour la médecine chinoise. Cela entraîne paix intérieure et repos de l’esprit, c’est le début de la sagesse. Les forces du ciel passent de notre corps vers la terre, les forces de la terre vont ensuite vers le ciel, voilà ce que sont l’inspiration et l’expiration.

 

Bibliographie

« Et si cela venait du ventre » de Pierre Pallardy
« Ces petits riens qui changent la vie (pour aller mieux chaque jour) » de Anne-Marie Filliozat et D. Gérard Guasch.

Envoyer le lien vers cet article à un(e) ami(e)

Vous aimerez aussi...